La Colonie renait sous une forme nomade
La Colonie Nomade - Fragments of repair

Fragments de réparation / nomade est un programme d'étude collectif réalisé dans le cadre du projet Fragments of Repair  (17 avril - 1 août 2021), organisé par BAK, basis voor actuele kunst, Utrecht avec l'artiste Kader Attia et , Paris et accueilli par La Dynamo de Banlieues Bleues, 9 Rue Gabrielle Josserand, 93500 Pantin.

 

Fragments de réparation / nomade est un programme d'études collectif de trois mois conceptualisé et animé par la théoricienne politique, féministe et militante décoloniale Françoise Vergès.

 

nomade se déroule dans le cadre d'un projet multiple intitulé Fragments of Repair  (17 avril - 1er août 2021) et comprenant l’exposition Fragments de réparation/Kader Attia, se tenant à BAK et Fragments of Repair/Gatherings (une série de conférences, conversations et forums menée par BAK sur bakonline.org). Le projet est produit par BAK, basis voor actuele kunst à Utrecht avec l'artiste Kader Attia et , Paris.

 

Le projet Fragments de réparation /        nomade fonctionne autour d'un groupe de travail qui proposera au fur et à mesure des semaines un regard sur ses recherches sous la forme d'une plateforme en ligne de recherche archivistique, L'Oasis, donnant à voir l'état des réflexions menées dans les ateliers. L'Oasis sera mise en ligne lors du lancement de       nomade. Les ateliers de       nomade in situ sont en raison des contraintes sanitaires fermés au public même si nous espérons des jours meilleurs !

 

Le lancement du projet global Fragments of repair, le 17 avril prochain, fait l'objet d'un colloque public en ligne en compagnie de Kader Attia, de la directrice générale et artistique de BAK Mária Hlavajová, de l'historien de l'art Sven Lütticken, de la curatrice de BAK Wietske Maas, de la philosophe Catherine Malabou, du philosophe et théoricien Achille Mbembe et et la théoricienne politique, féministe et militante décoloniale Françoise Vergès.

Le colloque aura lieu de 13h à 18h sur zoom.

Pour s'inscrire : Via Eventbrite, https://bit.ly/3rpbBtf

 

Dans Fragments de réparation, Kader Attia utilise la notion de "réparation décoloniale" comme tactique pour répondre aux urgences planétaires de santé mentale collective dans un monde durement affecté et blessé par la pandémie de Covid-19. La « blessure », le « trauma » et la « réparation » sont des concepts clés dans la pratique artistique de Kader Attia, pour qui les injustices matérielles et immatérielles de la violence coloniale persistent dans le présent. La crise actuelle met ces injustices en évidence et crée aussi de nouvelles souffrances, de nouvelles atteintes à la santé mentale et physique à travers l'incertitude chronique, l'isolement social, l'épuisement, la perte et la peur auxquelles les populations sont confrontées. Quelles voies imaginer pour "réparer" ? - voies qui ne soient pas un retour au passé mais un itinéraire façonné par les demandes de décolonisation et la nécessité de réapprendre à imaginer, à rêver  ⎯ Que faire pour vivre dans et hors du pandémonium viral et psychologique ?

 

nomade propose de revenir sur les récits qui s’élaborent sur le moment que nous vivons, en s'appuyant sur les stratégies décoloniales comme moyen de "survie joyeuse" et sur la pratique d'actes collectifs de "réparation", malgré la cruelle "économie d'épuisement" capitaliste.

 

L'épuisement - mental et corporel - est endémique au capitalisme, car ce dernier est fondé sur l'extractivisme qui produit un épuisement constant de toutes les formes et forces de la vie - humains et animaux, sol et sous-sol, océans et rivières, air et eau - pour le bien-être de quelques privilégiés. La pandémie de Covid-19 a amplifié l'épidémie endémique d'épuisement sous-jacente du capitalisme et son attaque sur le psychisme - soit, mais sans s'y limiter, l'anxiété, la dépression et les sentiments d'isolement - Pendant les quarantaines et les confinements, on a vu, d’une part, des personnes ayant le privilège de travailler dans le confort de leur domicile et qui ont géré leurs relations sociales et professionnelles grâce à leur accès à, et à leur maîtrise, des outils technologiques. D'autre part, le travail spectral de millions de personnes – en large mesure des femmes et des personnes racisées - qui maintiennent la ville propre, prennent soin des malades et des personnes âgées, et livrent la nourriture et des biens de consommation à celles et ceux qui peuvent s’isoler en toute sérénité. Cette équation déséquilibrée de ceux dépendant de personnes travaillant et vivant dans des conditions de plus en plus épuisantes fait partie de ce que Françoise Vergès a décrit comme « l'économie de l'épuisement ». Pour Françoise Vergès, l'économie de l'épuisement a « une longue histoire dans le monde moderne : elle a commencé avec l'esclavage colonial, qui exploitait l'énergie humaine jusqu'à la mort ; la révolution industrielle a adopté cette logique, épuisant les corps des travailleur•se•s blanc•he•s et des enfants jusqu'à ce qu'ils obtiennent finalement une réduction des heures de travail et un travail physique moins pénible grâce notamment à l'épuisement des corps racisés dans les colonies. Les pays libéraux et néolibéraux continuent de reposer, dans leur fonctionnement, sur l’épuisement des corps des migrants et des personnes racisées. »

 

Comment la « réparation » comme stratégie décoloniale peut-elle permettre des moments même brefs, de « survie joyeuse », par opposition à une simple survie épuisée ? Comment la pratique décoloniale en tant que « réparation » aide-t-elle à développer des outils collectifs d'émancipation et de résistance ? Comment la « réparation », d'un point de vue pragmatique dans notre vie, permettra t’elle d'échapper à la prétendue mise en puissance du sujet, dans l'économie néolibérale de l'épuisement ? Comment pouvons-nous réfléchir ensemble et mettre en œuvre une « réparation » dans le sillage d'une pandémie qui a été précipitée par ce qui est brisé (injustices sociales, désastres écologiques et économiques) ? Et, s’il faut imaginer ce qui relève de l'irréparable, comment conceptualiser une « réparation » imparfaite, inachevée mais toujours en cours, par opposition à la routine qui consisterait à réparer toutes sortes de blessures et à en cacher les cicatrices, ce qui est, comme l'a révélé Attia, profondément lié à la pensée moderne européenne ?

 nomade vise à aller au-delà d'un simple état des lieux du monde et cherche à imaginer et à mettre en œuvre des stratégies collectives et des gestes concrets de « réparation ». Elle vise également à interroger la place et le rôle de l'art dans une politique de la « réparation » dans le contexte néolibéral-capitaliste d'extraction et d'exploitation par les institutions (culturelles), d'inégalités, de racisme, de sexisme et de xénophobie irréductibles et de dévastation globale de la vie des personnes racisées et des pauvres. Conscient•e•s de la complicité des institutions culturelles dans cette situation, les organisat•eur•rice•s de  nomade cherchent à offrir un lieu sûr où la complicité et la complaisance sont débattues et combattues.

 

nomade se déroule parallèlement à Fragments of Repair/Gatherings, une série de conférences, de conversations et de forums en ligne, qui fait partie de son programme d'études. Fragments of Repair/Gatherings intégre régulièrement des œuvres d'art de Fragments de réparation/Kader Attia au moyen de projections (en ligne) et de conversations, qui deviennent un point de départ pour l'étude collective et facilite la réflexion, la ré-imagination et la pratique de la « réparation » dans et par l'art.

qui a du fermer du fait de la crise sanitaire développera cette existence nomade le temps de trouver un port d'attache fixe.

 

 

    is pleased to announce the birth of the hybrid project Fragments of repair, a multiple project organised by BAK, basis voor actuele kunst, Utrecht with Kader Attia and      , Paris and hosted by La Dynamo de Banlieues Bleues, 9 Rue Gabrielle Josserand, 93500 Pantin.

 

Fragments of Repair /       nomade is a three-month collective study program conceptualised and facilitated by political theorist, feminist and decolonial activist Françoise Vergès.

 

The research and reflections that arise from Fragments of Repair /      nomade collective study program are made available through an online archival platform, L'Oasis. This new website is launched when Fragments of Repair /      nomade commences on 17 April 2021.

 

The collective study program Fragments of Repair /      nomade is closed to the public due to sanitary constraints, although we hope for better days!

The launch of the global project Fragments of repairon April 17 is the subject of a public online colloquium with artist Kader Attia; BAK general and artistic director Maria Hlavajova; art historian and BAK senior research advisor Sven Lütticken; BAK curator Wietske Maas; philosopher Catherine Malabou; philosopher and political thinker Achille Mbembe; and political theorist, feminist, and decolonial activist Françoise Vergès.
This public event will take place on Zoom from 1 to 6PM, CET.

To register: Via Eventbrite, https://bit.ly/3rpbBtf

 

In Fragments of Repair, Attia proposes the notion of “decolonial repair” as a tactic to engage with planetary urgencies of collective mental health in a world wounded by the Covid-19 pandemic. “Injury,” “wound,” and “repair” have been key concepts across Attia’s artistic practice, especially in relation to the material and immaterial injustices of colonial violence that persist into the present. The current conditions bring these injustices into sharper relief, while adding additional injuries through chronic uncertainty, social isolation, exhaustion, loss, and fear. What pathways can “repair”not a return to past ways, but an itinerary shaped by demands for decolonization and the politics of restitution offer to life in and out of the viral and psychological pandemonium?


nomade expands on this narrative, drawing on decolonial strategies as a means for “joyful surviving” and the practice of collective acts of “repair” in spite of the cruel capitalist “economy of exhaustion.”
Exhaustion—mental and bodily depletion—is endemic to capitalism. Capitalism is premised on extractivism that produces a constant exhaustion of all forms and forces of living—humans and animals, soil and subsoil, oceans and rivers, air and water—for the well-being of a select few. The Covid-19 pandemic has magnified capitalism’s underlying health epidemic of exhaustion and the psychic debility—including but not limited to anxiety, depression, and feelings of isolation—that arises from it. During quarantines and lockdowns there are, on the one hand, people with relative privilege working from home who manage their social and work connections through Zoom. Yet on the other hand, there is a spectral labor of millions of people—many women, many people of color—who keep the city sanitized, care for the sick and the elderly, and deliver food and goods to those who can afford to stay inside. This lopsided equation of those dependent on people working and living in increasingly exhausting conditions is part of what Vergès has described as the “economy of exhaustion.” In Vergès’s words, the economy of exhaustion has “a long history in the modern world: it started with colonial slavery, mining human energy to death; the Industrial Revolution adopted this logic, exhausting the bodies of white workers and children until they finally obtained a reduction of work hours and hard physical labor thanks to the exhaustion of racialized bodies in the colonies. Liberal and neoliberal countries still rest on mining to exhaustion the bodies of migrants and people of color.”


Aligning with decolonial perspectives, how could “repair” as decolonial strategy allow for brief moments of “joyful surviving,” as opposed to just bare, exhausted survival? How does decolonial practice as “repair” help develop collective tools for emancipation and resistance? How could “repair,” as a pragmatic intervention in one’s own life, enable escape from the dominant subjectivity of the neoliberal economy of exhaustion? How might people think together and enact “repair” in the wake of a pandemic which has been precipitated by that which is broken (social, ecological, and economic injustices)? And, in the face of what is irreparable, how can one understand “repair” as imperfect, unfinished, and always ongoing, in opposition to the routine of repairing all kinds of wounds and hiding their scars, which is, as Attia has shown, deeply tied to European modernity?


nomade aims to go beyond a mere reporting on the conditions of the world and seeks to imagine and enact collective strategies and concrete gestures of “repair.” It also aims to inquire about the place and role of art in a politics of “repair” in the neoliberal-capitalist context of extraction and exploitation by (cultural) institutions, of savage inequalities, of intractable racism, sexism and xenophobia, and of global devastation of the lives of the racialized and the poor. Aware of the cultural institutions’ complicity in this situation, the conveners of nomade seek to offer a safe place where complicity is openly debated and resisted.


nomade is closely entwined with Fragments of Repair/Gatherings, an online series of lectures, conversations, and assembly forums, which is a part of its curriculum. Fragments of Repair/Gatherings also attends regularly to the artworks in Fragments of Repair/Kader Attia by means of (online) screenings and conversations, which are a departure point for the collective study that facilitate thinking about, reimagining, and practicing “repair” in and through art.


, which had to close due to the health crisis, will develop this nomadic existence until it finds a permanent home.

Galerie
Se réunir
Se documenter

N'afficher que les évènements avec :

Retrouver par tag

Revue(14)
Débat(13)
Art(5)
DLA(5)
Arts(4)
Exil(2)
BAK(1)
CSIA(1)
Fiac(1)
Gaza(1)
Mode(1)
Noir(1)

Retrouver par intervenant

B
C
D
M
S
Mars 2020
Février 2020
Janvier 2020
Décembre 2019
Novembre 2019
Octobre 2019
Septembre 2019
Juillet 2019
Juin 2019
Mai 2019
Avril 2019
Mars 2019
Février 2019
Janvier 2019
Décembre 2018
Novembre 2018
Octobre 2018
Septembre 2018
Juin 2018
Mai 2018
Avril 2018
Mars 2018
Février 2018
Janvier 2018
Décembre 2017
Novembre 2017
Octobre 2017
Septembre 2017
Se détendre
Faire une réservation

Les réservations sont à présent fermées.

Merci pour votre demande de réservation. Nous revenons vers vous au plus vite.
Privatiser l'espace

La privatisation n'est à présent plus disponible.

Merci pour votre demande. L'activité de La Colonie est aujourd'hui suspendue en raison de l'épidémie de Covid-19. Nous faisons notre possible pour revenir rapidement vers vous.
Informations
Le Projet

, un lieu de Savoir-vivre et de Faire-savoir

 

Fondé par Kader Attia, Zico Selloum et leur famille.

 

met au défi les postures amnésiques et délétères. C’est un lieu convivial qui engage, en toute indépendance, les chantiers du vivre et du penser ensemble.

 

En mettant en oeuvre ce projet, l’artiste Kader Attia entend poser au présent les questions de la décolonisation des peuples comme celle des savoirs, des comportements et des pratiques. Située dans un quartier où se mélangent populations africaines, indiennes et asiatiques, à deux pas de la gare du nord et donc aux carrefours de l’Europe comme du monde, vise à réunir — sans exclusion et à travers ces formidables tribunes que peuvent être la création artistique et intellectuelle — toutes les identités et toutes les histoires, en particulier celles des minorités.

 

Tout à la fois repère et refuge, est un espace à l’identité bigarrée : c’est un bar et une agora ; c’est un laboratoire et une lieu de fêtes ; c’est un lieu de paroles, d’écoutes, de partages, d’expérimentations et de monstrations.

 

 

Une architecture

Protégé du tumulte de la rue, l’espace en retrait de est dominé par une haute verrière qui offre une lumière zénithale et paisible. Au rez-de chaussée, se déploie sur plus de 200 m2 l’espace du bar où l’on peut venir se reposer en prenant un café, où l’on donne rendez-vous à des amis pour boire un verre, où l’on peut manger sur le pouce, venir écouter un concert ou encore assister à une projection.

 

Au premier étage, une grande mezzanine donne sur le bar comme sur une court intérieure. Isolé du rez de chaussée par des vitres qui ne laissent passer que la lumière, cet espace est dédié au partage des savoirs en mouvement. On peut venir y écouter et proposer d’autres formes de pensées à travers des dialogues publics. entend accueillir des collectifs, des militants, des groupes de recherches universitaires, des artistes, des acteurs sociaux pour les inviter à des partages libres d’expériences et de savoirs. On peut ici assister à des conférences, des lectures, des témoignages, participer à des workshops, des ateliers d’écritures…

 

Le deuxième étage est consacré aux différentes formes et concepts de l’art. Loin du contexte muséal ou institutionnel, les propositions artistiques y sont aussi bien conceptuelles que formelles, a-formelles ou performées. Les projets présentés sont également l’occasion d’élaborer une pensée critique non académique, en lien constant avec les enjeux de notre présent.

 

La structure architecturale du bâtiment, idéale pour ce type de combinaison, offre une grande fluidité entre les différents espaces car ici la vie, la pensée, l’engagement et les pratiques de l’art interagissent en synergie.

 

 

Une expérience de défragmentation

se construit autour de la volonté de répondre à une urgence impérieuse de réparations sociales et culturelles.

 

Par delà les clivages religieux ou politiques, nos sociétés contemporaines ont atteint un niveau jusqu’alors inégalé de fragmentation que seul l’aménagement d’espaces de dialogues, de rencontres, de confrontations permettra de faire reculer. Ici comme un peu partout ailleurs, les fractures se démultiplient dans un silence criant, avec une violence accrue. est une expérience de dé-fragmentation, de dé-morcellement, de réparations dans laquelle tout le monde est le bienvenu. Ce projet entend permettre aux savoirs universitaires de sortir des arcanes du pouvoir institutionnel et élitiste en leur permettant de se confronter à d’autres formes de transmissions. Il entend émanciper des modes d’appréhension et de savoir populaires, parfois non occidentaux, souvent minorés.

 

souhaite décloisonner les savoirs, les pratiques, en valorisant une approche trans-culturelle, trans-disciplinaire et trans-générationnelle dans lequel tous et chacun trouve une place. Nous faisons le pari que sous l’égide de l’échange et de la palabre, l’art comme la pensée sont parmi les vecteurs les plus forts de cette défragmentation.

 

Si est un lieu physique de rencontres, elle oeuvre également à l’archivage de ce présent en train de se faire et met à disposition librement les échanges et les expérimentations dont elle est le théâtre. 

L'équipe

Kader Attia

Directeur et co-fondateur

Zico Selloum

Co-Fondateur de

Sylvie Labiche

Directrice Administrative & Financière

Pascale Obolo

Responsable du Salon du Livre d'art des Afriques et des Editions de

Alix Hugonnier

Coordinatrice de la programmation culturelle et artistique

Lucas Erin

Coordinateur de la production

Ava Attia

Responsable des réservations

Kristell Charbonneau

Responsable des privatisations - DRH

Christelle Boco

Responsable bar

Nous suivre

Afin de suivre notre actualité, ou encore avoir des informations sur les évènements à venir, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en suivant ce lien : inscription.

To subscribe to our english newsletter, please follow this link : subscription.

Proposer un évènement

Vous pouvez nous écrire ici pour proposer un évènement à . Toutes les demandes sont étudiées.

L'activité de est cependant aujourd'hui suspendue en raison de l'épidémie de Covid-19. Nous faisons notre possible pour reprendre au plus vite.

Contact

Sélectionnez un type de projet

Avril 2021
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Mai 2021
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Juin 2021
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Juillet 2021
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Août 2021
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Septembre 2021
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Octobre 2021
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Novembre 2021
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Décembre 2021
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Janvier 2022
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Février 2022
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
Mars 2022
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Avril 2022
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Un évènement a déjà lieu ce jour là. Nous vous suggérons de sélectionner une autre date.
Seuls les fichiers de 20 Mo ou moins sont acceptés. Si votre fichier est plus lourd, merci d'utiliser un service comme wetransfer.com puis de copier le lien de téléchargement ci-dessous :
Merci pour votre proposition! L'activité de La Colonie est suspendue en raison de l'épidémie de Covid-19. Nous faisons notre possible pour revenir rapidement vers vous.
Crédits

EPRC URL

Réalisation du site web

e-flux - Kader Attia on La Colonie and Algeria
e-flux - Kader Attia on La Colonie and Algeria
La Radio

est avant tout un lieu d'échange et de partage, et c'est dans cette idée que nous vous mettrons prochainement à disposition deux playlists : une comprenant notre sélection musicale, tandis que l'autre regroupera les derniers podcasts mis en ligne. Ces podcasts sont également disponibles directement dans leur évènement associé, prêts à être lancés pour accompagner votre visite.

 

Cette radio est disponible grâce à la plateforme de musique en ligne Soundcloud. Sur chaque podcast, le logo Soundcloud vous permettra d'accéder à sa page liée.